[Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Thierry92 le Mer 7 Jan - 10:18

Artcurial découvre le Saint Graal automobile



Trouver ce que l’on appelle une « sortie de grange » est déjà un moment rare et apprécié de tous les connaisseurs et/ou collectionneurs des bijoux automobiles, mais quand cette sortie de grange compte 60 voitures, c’est du jamais vu, et cela ne se reproduira sans doute jamais.

Artcurial n’est pas que la maison de ventes aux enchères mondialement connue, ce sont aussi des départements qui partent à la recherche de pièces rares, que ce soit dans l’art pictural, les statues, etc. et même les voitures. Le département voitures a donc patiemment remonté la piste de l’une des plus importantes collections oubliées, à savoir la collection Baillon (*). Après près de 50 ans de sommeil, 60 voitures allant des débuts de l’automobile jusqu’à la date de leur enfermement (début des années 1970) ont été ainsi retrouvées dans l’ouest de la France.

« Depuis la révélation de la collection Schlumpf de Mulhouse, dont Maître Hervé Poulain était l’expert, jamais une telle réunion d’automobiles emblématiques n’avait été dévoilée, mais plus encore, dans un tel état d’origine ! Nous invitons le public de Rétromobile à partager notre émotion, comparable à celle qui étreint Lord Carnarvon et Howard Carter pénétrant dans la chambre de Toutankhamon ! Artcurial mettra en scène la magie de cette soixantaine de silhouettes mécanomorphes mystérieuses, telle une œuvre d’art géante : la renaissance du rêve inachevé de son propriétaire… » déclare Matthieu Lamoure, directeur d’Artcurial Motorcars.

Les marques les plus prestigieuses sont réunies dans cette collection dont l’état est exceptionnel vu les conditions de conservation. Certaines voitures étaient sous de simples tôles ondulées, d’autres un peu plus à l’abris. La collection Baillon sera dispersée dans une vente le 6 février 2015 à Paris, en première partie de la traditionnelle vente du Salon Rétromobile. Bugatti, Hispano-Suiza, Talbot-Lago, Panhard-Levassor, Maserati, Ferrari, Delahaye, Delage…



Certaines pièces devraient voir leur prix s’envoler comme cette Ferrari 250 California châssis court et phares carénés. Outre le modèle, son historique est intéressant : acheté par Gérard Blain (acteur des années 60/70) elle fut revendue à Alain Delon (faut-il encore le présenter ?). D’autres raretés avec de grandes signatures seront proposées comme des voitures carrosseries carrossées par Chapron, Million-Guiet, Saoutchik, etc. Les prix devraient s’étaler de quelques centaines d’euros à plus de un million d’euros pour certaines pièces.



https://www.youtube.com/watch?v=4YEGON_wWdo



(*) Roger Baillon, patron d’une société de transport de l’ouest était un passionné de l’automobile qui a réunit une grande collection. Des revers de fortune lui feront vendre une partie de celle-ci puis le reste de la collection s’est endormie jusqu’à sa redécouverte sur fond de succession. Dans la propriété d’Echiré (à coté de Niort) les voitures ont du attendre la mort de Roger Baillon au début des années 2000, puis de son fils récemment.

Quelques photos des véhicules de collection :






















Sur la vidéo ci-dessus on peut également voir une Peugeot 305 à 1'40", 505 MkI 2'38" et une 505 MkII 3'45".

Source et illustration : Artcurial
www.leblogauto.com

Rétromobile 2015 by Artcurial Motorcars
Rétromobile 2015 by Artcurial Motorcars
Rétromobile 2015 by Artcurial Motorcars
videos.tf1.fr

Retrouvées après quarante ans d'hibernation dans une propriété de Niort, une commune du Poitou-Charentes, de prestigieuses voitures d'antan sélectionnées par Artcurial Motorcars vont être exposées lors du salon Rétromobile 2015 avant d’être mises en vente, le 6 février.

C'est à Roger Baillon, un ancien industriel passionné d'automobile, que l'on doit cette formidable collection. Dans l'espoir de fonder un musée de l'automobile dans l'ouest de la France, il avait commencé à rassembler ces magnifiques voitures depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La collection de ce monsieur offre un riche panorama de l'automobile, allant de ses débuts aux années 1970.

Longtemps oublié, ce trésor a récemment refait surface après la mort de Jacques Baillon, le fils du collectionneur. Alertée par les héritiers de ce dernier en septembre 2014, la célèbre maison de ventes aux enchères Artcurial a été très sensible à cette découverte.

"Je crois que depuis la collection Schlumpf (…) le monde de l’automobile de collection n’avait pas connu un tel événement. C’est sans doute la dernière fois, dans le monde, que l’on fera une telle découverte", précise Pierre Novikoff, spécialiste des véhicules anciens chez Artcurial Motorcars.

Des Bugatti, des Delahaye mais aussi des Maserati et des Ferrari. Découvrez en images ces petites trouvailles dans le diaporama ci-dessous.

PHOTOS. Des voitures anciennes retrouvées dans l'ouest de la France et mises en vente aux enchères en 2015 :

www.huffingtonpost.fr


Dernière édition par Thierry92 le Mar 29 Sep - 13:21, édité 2 fois

_________________
Ford Granada MkII V6 2.8 litres Ghia 15/01/1981
avatar
Thierry92
modérateur
modérateur


https://www.charron-auto-retro.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi la vente Baillon est l’événement automobile de l’année (voire de la décennie)

Message par Thierry92 le Lun 9 Fév - 11:00

La collection de voitures anciennes, dite collection Baillon va être mise aux enchères lors du salon Rétromobile à Paris, ce vendredi 6 février 2015. Mais ces vieilles mécaniques auraient pu être restaurées et exposées dans les Deux-Sèvres...si le destin l'avait voulu ?


Les voitures de la collection Baillon ont failli rester en Deux-Sèvres


Ce vendredi, le monde automobile (mais pas seulement) aura les yeux rivés sur la vente aux enchères organisée par la maison Artcurial dans le cadre du salon Rétromobile. En effet, de 14h00 à 17h00, intercalée entre une vente Automobilia (objets rares en tous genres liés à l’automobile) et une classique vente de voitures de collection, aura lieu la dispersion de la collection Baillon, qui compte 59 raretés signées Talbot Lago, Bugatti, Delage, Panhard-Levassor, Hispano-Suiza, Delahaye Maserati et Ferrari.

Un demi-siècle durant, ces « bielles endormies » ont été oubliées de tous dans la campagne niortaise, plus ou moins bien protégées des intempéries, vestiges des rêves de Roger Baillon, un entrepreneur déchu qui avait imaginé constituer un musée de l’automobile. Les héritiers Baillon ont contacté la maison Artcurial il y a quelques mois pour qu’elle se charge de cette vente qui promet de marquer les esprits, pour les raisons que nous exposons ci-dessous.

Parce que l’histoire de cette collection est extraordinaire. C’est en fait la troisième fois que des voitures issues de la collection Baillon sont proposées à la vente. Les automobiles ayant été intégrées aux actifs de la société mise en liquidation, 60 d’entre elles avaient été dispersées en juin 1979, et 38 autres en octobre 1985. Ensuite, ainsi que nous l’a expliqué récemment Maître Hervé Poulain, commissaire-priseur qui officiera au marteau demain, le temps a fait son œuvre et tout le monde, héritiers compris, semble avoir « oublié » les voitures qui restaient. Ce n’est qu’en 2013 que la famille prendra conscience des trésors encore dans la propriété des Deux-Sèvres, et notamment la Ferrari 250 GT California Spider 1961 (grande photo ci-dessous), star de la vente, dernier exemplaire recensé sur les 37 fabriqués, et que tout le monde croyait disparu. Les héritiers Baillon contacteront quelques mois plus tard la maison Artcurial, qui depuis s’ingéniera avec le talent qu’on lui connaît à faire « monter la sauce » autour de l’événement…

Parce que les résultats atteints par la première voiture vendue donneront le ton de la vente. C’est une Singer 1500 (photo ci-contre), modeste roadster britannique, qui ouvrira la vente. Son estimation est basse, à savoir entre 200 et 800 €. Mais le succès rencontré par l’auto auprès des enchérisseurs donnera le ton pour la suite. Et de nombreux spécialistes s’attendent à ce que les prix s’envolent dès ce premier lot, dont le succès prendra valeur de symbole.

Parce que quelques merveilles seront proposées. L’on trouve un peu de tout parmi les voitures proposées, mais certaines sont de véritables merveilles : outre la Ferrari California évoquée plus haut, citons les Talbot-Lago T26 Grand Sport SWB Saoutchik, Maserati A6G 2000 Gran sport Berlinetta Frua, Delahaye 135 M Cabriolet Faget-Varnet, Facel Vega Excellence, Hispano-Suiza H6B Cabriolet et autres Bugatti Type 57.

Parce que nombre de voitures quitteront ensuite la France. Il y du beau monde dans ce catalogue, mais il y a fort à parier que les modèles qui atteindront les prix les plus élevés quitteront l’Hexagone pour intégrer des collections lointaines. « On n’a pas vraiment aidé les collectionneurs dans notre beau pays, qui n’ont pas de statut, et ne sont pas considérés alors même qu’ils participent à la sauvegarde du patrimoine. A partir d’un certain prix, les voitures partent : Etats-Unis, Russie, pays du Golfe, Chine… J’encourage nos collectionneurs à être courageux, mais c’est difficile. », déclarait ainsi Hervé Poulain à Caradisiac. Bref, c’est la première et dernière fois que l’on pourra approcher nombre de ces voitures.

Parce que les prix des voitures anciennes atteignent des sommets. 27,7 milliards d’euros : c’est le montant global des ventes de voitures de collection dans le monde en 2013. Un chiffre en hausse constante et régulière depuis qu’une véritable « rétromania » frappe partout. Chez nous, les dernières ventes aux enchères ont été de véritables succès, avec par exemple en février 2014 quelque 30 millions d’euros sous le marteau d’Artcurial Motorcars en marge de Rétromobile. Sur l’année, la société totalisera d’ailleurs près de 50 millions d’euros de volume de ventes, soit une augmentation de 67 % par rapport à 2013 ! Les voitures de collection représentent un placement-plaisir des plus rentables : d’après le Hagi Top index (émanation du Financial Times), le marché aurait augmenté de 400 % entre 2003 et 2013. La cote des Porsche 911 « classic » résume à elle seule cet engouement, avec un rendement supérieur à +400 % en dix ans pour une 2.4S de 1971, laquelle ne valait guère plus de 8 000 € dans les années 90. Difficile de trouver évolution plus spectaculaire. L’on en avait eu confirmation le 2 novembre dernier, lors de la septième édition de la vente «Automobiles sur les Champs » organisée elle aussi par Artcurial : une Porsche 911 Carrera 2.7 Targa de 1974 y avait été adjugée 232 400 € et une 911 2.4 S Targa (1972) 212 200 €. Deux nouveaux records qui, s’ils peuvent traduire un effet-bulle, s’inscrivent tout de même dans un mouvement de fond. De bon augure pour demain après-midi !

Parce qu’Alain Delon n’est pas content. Une petite polémique pour terminer, avec une déclaration d’Alain Delon : « la maison de ventes Artcurial se sert de mon nom pour faire monter les prix. J’ai eu cette Ferrari (la 250 California Spider, estimée entre 10 et 12 millions d’euros NDLR) entre 1963 et 1965 au moment du film le Guépard. Je l’ai revendue il y a donc cinquante ans »

Des bielles au bois dormant, des collectionneurs prêts à toutes les folies, et même une star mécontente : tous les ingrédients d’un succès sont réunis. Demain, le marteau va chauffer !



http://www.caradisiac.com/Reportage-La-folie-douce-de-la-vente-Baillon-100706.htm

Source : caradisiac.com

_________________
Ford Granada MkII V6 2.8 litres Ghia 15/01/1981
avatar
Thierry92
modérateur
modérateur


https://www.charron-auto-retro.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par pat33 le Mar 17 Fév - 16:36

une histoire sordide
un illuminé qui laisse pourrir de superbe auto , et pour finir une bande de trou du cul friqué qui achete 10 ou 20 fois l'estimation parce que ça fait bien , les heritiers ont du bien rire lors de la vente

pathetique Evil or Very Mad
avatar
pat33
Administrateur
Administrateur


http://granada.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Laurent le Mar 17 Fév - 23:41

...tout à fait d'accord avec toi...
avatar
Laurent


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Thierry92 le Mer 18 Fév - 20:16

C'est sûr ! Razz

_________________
Ford Granada MkII V6 2.8 litres Ghia 15/01/1981
avatar
Thierry92
modérateur
modérateur


https://www.charron-auto-retro.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Laurent le Jeu 19 Fév - 9:04

La seule qui me plaise dans ces nombreuses photos c'est la Taunus TC1 ! Wink
avatar
Laurent


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Thierry92 le Mar 29 Sep - 11:44

Laurent a écrit:La seule qui me plaise dans ces nombreuses photos c'est la Taunus TC1 ! Wink
Petit rappel :

Une Youngtimer repérée dans la fabuleuse collection Baillon découverte par Artcurial.

C’est la bombe de l’année 2014 : la maison de ventes aux enchères Artcurial Motors a retrouvé dans l’ouest de la France une extraordinaire collection de 90 automobiles, cachée pendant 50 ans, dont la valeur se chiffre au bas mot à plusieurs dizaines de millions d’euros.


L’un des chefs d’oeuvres retrouvés : une Talbot T26 Gran Sport Coupé carrossée par Saoutchik Image : @ Artcurial Motors

Elle gît là depuis des dizaines d’années. Rangée à côté d’une Georges Irat et d’une Porsche 356, elle partage son destin de belle endormie avec de véritables chefs-d’œuvre de l’histoire de l’automobile. A quelques mètres d’elle, sommeillent des exemplaires uniques de Talbot Lago, d’Hispano Suiza et de Delahaye.

Des modèles rarissimes, que vont s’arracher les nababs de ce monde à la prochaine vente d’Artcurial Motors au Salon Rétromobile en février prochain. On prédit déjà une enchère supérieure à 10 millions de dollars pour cette Ferrari 250 California Spyder, ex Alain Delon, retrouvée, sous des piles de magazines, dans un état d’origine tout simplement extraordinaire.

Les billets d’euros vont également couler à flot pour obtenir cette Maserati A6G Gran Sport Frua, dont les spécialistes avaient définitivement perdu la trace. Elle a fait partie de cette histoire incroyable, mais ne passera pas sous le marteau de Maître Poulain, qui réalise là un des plus beaux « coups » de sa carrière, lui qui en a pourtant vu bien d’autres. Elle, c’est une Ford Taunus grise, la seule Youngtimer de la bientôt célébrissime collection Baillon.

Pour découvrir d’autres images de cette découverte, rendez-vous sur le site d’Artcurial Motors.


Mise à jour : depuis la publication de cet article, la liste complète des voitures de la collection a été publiée : on y trouve d’autres Youngtimers frappées du Cheval Cabré, hélas non photographiées : Ferrari 308 GTS i, Ferrari 400, Ferrari Mondial 3.2L cabriolet et Lancia Thema 8.32 et également la présence de plusieurs Peugeot, dont le destin reste incertain…


Cliquez sur l'image.
Vous l’avez reconnue, entre la Georges Irat rouge et la Porsche 356, une humble Ford Taunus…
Image @ Artcurial Motors


Outre la taunus, on peut apercevoir une Peugeot 505 à 4'49"mn.

_________________
Ford Granada MkII V6 2.8 litres Ghia 15/01/1981
avatar
Thierry92
modérateur
modérateur


https://www.charron-auto-retro.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Historique] Nostalgie, l'incroyable collection automobile qui dormait sous des hangars

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum